AGO-RE

AGO-RE

Direction du travail pendant l'accouchement et acupuncture

Il n'est plus beaucoup d'accouchements non dirigés, c'est-à-dire en sens strict « naturels ». Il ne peut être question, par exemple, pour des questions de sécurité à la fois maternelle et fœtale, de renoncer à la mise en place d'une voie veineuse en salle d'accouchement ou de l'enregistrement du rythme cardiaque de l'enfant. En fait ,on va  rechercher à obtenir un accouchement relativement rapide (évitant la fatigue de la mère et de l'enfant), sans douleurs, sans intervention instrumentale (type forceps) d'un enfant en bonne santé pour une mère en bonne santé. De fait les médications sont largement employées de nos jours en salle de travail pour diriger celui-ci.


L'acupuncture permet aussi d'intervenir en cours d'accouchement : quand les contractions commencent à se  régulariser, le col à s'ouvrir, la présentation à descendre. A chaque étape, il existe des moyens médicamenteux (ocytociques, antispasmodiques…) mais aussi une approche acupuncturale. Si la patiente a été préparée par acupuncture, son terrain est déjà connu et donc la thérapeutique (si besoin est) sera adaptée en fonction de son  « tempérament ». Si la patiente n'est pas connue, l'examen va reposer sur les données obstétricales presque exclusivement, et le traitement toujours plus difficile. L'acupuncture permet néanmoins de régler un certain nombre de difficultés du travail (mauvaise rotation de la présentation, difficultés à la dilatation, difficulté à obtenir des  contractions…)



23/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres