AGO-RE

AGO-RE

Douleurs du Travail Pennick 2013 Complet FR

INTERVENTIONS POUR LA PREVENTION ET LE TRAITEMENT DES DOULEURS PELVIENNES ET DORSALES CHEZ LA FEMME EN TRAVAIL

 

 

Pennick V, Liddle SD.
Interventions for preventing and treating pelvic and back pain in pregnancy.
Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD001139. DOI: 10.1002/14651858.CD001139.pub3

TRADUCTION   ORIGINAL
Date de traduction : 24-09-2013
Responsable traduction : Centre Cochrane Français
Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France :  Ministère en charge de la Santé 
  Published : 2013-8-1
Statut :UPDATED
Interventions pour la prévention et le traitement des douleurs pelviennes et dorsales pendant la grossesse   Interventions for preventing and treating pelvic and back pain in pregnancy
Résumé en langue simplifiée   Plain language summary

Interventions pour la prévention et le traitement des douleurs pelviennes et dorsales pendant la grossesse

De nombreuses femmes souffrent de lombalgies et de douleurs pelviennes pendant la grossesse. Les douleurs augmentent généralement à mesure que la grossesse avance, ce qui perturbe le travail, les activités quotidiennes et le sommeil.

Nous avons inclus 26 essais randomisés (ECR) impliquant 4 093 femmes. Onze ont examiné la lombalgie (1 312 femmes) ; quatre ont examiné les douleurs pelviennes (661 femmes) ; 11 ont examiné les deux pathologies ensemble (douleurs lombo-pelviennes) (2 120 femmes). Sauf mention contraire, des interventions ont été ajoutées et comparées aux soins prénataux habituels.

Des preuves de qualité moyenne ont montré que l'acupuncture ou l'exercice, adapté au stade de la grossesse, réduisaient significativement les douleurs pelviennes ou lombo-pelviennes du soir. L'acupuncture a été significativement plus efficace que l'exercice pour réduire les douleurs pelviennes du soir. Un programme d'entraînement de 16 à 20 semaines n'a pas été plus efficace que les soins habituels pour prévenir les douleurs pelviennes ou les lombalgies. Des preuves de qualité médiocre ont suggéré que l'exercice réduisait les douleurs et l'invalidité dues aux lombalgies. Les effets indésirables mentionnés étaient mineurs et transitoires. Des recherches supplémentaires risquent de changer les estimations de l'effet de ces interventions. Un système de classification pour classer les femmes tarde à faire l'objet d'un accord.

Lombalgies : des preuves de faible qualité ont indiqué que l'exercice réduisait significativement les douleurs (six ECR) et l'invalidité (deux ECR). D'après des essais uniques ; l'exercice dans l'eau a réduit significativement les congés maladie liés aux lombalgies ; les douleurs et la fonction physique ont été identiques lors du port de ceintures de maintien pelviennes ou en cas de traitement de manipulation osseuse (TMO) comparé aux soins habituels ou à des ultrasons fictifs. Des preuves de très faible qualité ont suggéré qu'un oreiller spécial pouvait soulager les douleurs nocturnes plus efficacement qu'un oreiller normal.

Douleurs pelviennes : des preuves de qualité moyenne ont indiqué que l'acupuncture réduisait les douleurs du soir plus efficacement que l'exercice ; les deux étaient plus efficaces que les soins habituels (un ECR). D'après des essais uniques : l'exercice plus ceinture rigide a amélioré la douleur moyenne, mais pas la fonction ; l'acupuncture a été plus efficace que l'acupuncture simulée pour les douleurs du soir et la fonction, mais pas pour la douleur moyenne. Il n'y a eu aucune différence en termes de douleurs du soir après une acupuncture profonde ou superficielle.

Douleurs lombo-pelviennes : des preuves de qualité moyenne ont indiqué qu'un programme d'exercice de huit à 20 semaines réduisait le risque de douleurs lombo-pelviennes, mais un programme d'entraînement de 16 à 20 semaines n'a pas été plus efficace que les soins habituels pour prévenir les douleurs (quatre ECR). D'après des essais uniques : l'exercice a réduit les congés maladie liés aux douleurs lombo-pelviennes et a amélioré la fonction de façon significative ; le TMO a significativement amélioré les douleurs et la fonction ; une association de traitement manuel, d'exercice et d'éducation a amélioré les douleurs et la fonction ; l'acupuncture a plus amélioré ces critères de jugement que les soins habituels ou la physiothérapie ; les douleurs et la fonction se sont plus améliorées lorsque l'acupuncture a été démarrée à 26 semaines plutôt qu'à 20 semaines de grossesse. L'acupuncture auriculaire a amélioré ces critères de jugement significativement plus que l'acupuncture simulée.

 

Interventions for preventing and treating pelvic and back pain in pregnancy

Many women experience low-back (LBP) or pelvic pain during pregnancy. Pain usually increases as pregnancy advances, interfering with work, daily activities, and sleep.

We included 26 randomised trials (RCTs) involving 4093 women. Eleven examined LBP (1312 women); four examined pelvic pain (661 women); 11 examined both conditions together (lumbo-pelvic pain) (2120 women). Unless noted, interventions were added and compared to usual prenatal care.

Moderate-quality evidence showed that acupuncture or exercise, tailored to the stage of pregnancy, significantly reduced evening pelvic or lumbo-pelvic pain. Acupuncture was significantly more effective than exercise for reducing evening pelvic pain. A 16- to 20-week training program was no more successful than usual care in preventing pelvic or LBP. Low-quality evidence suggested that exercise reduced pain and disability from LBP. Reported adverse effects were minor and transient. Further research is likely to change the estimates of effect of these interventions. An agreed classification system for categorising women is overdue.

LBP: there was low-quality evidence that exercise significantly reduced pain (six RCTs) and disability (two RCTs). From single trials; exercise in water significantly reduced LBP-related sick leave; pain and physical function were similar when wearing pelvic support belts or having osteo-manipulative therapy (OMT) compared with usual care or sham ultrasound. Very low-quality evidence suggested that a specially-designed pillow may relieve night pain better than a regular pillow.

Pelvic pain: there was moderate-quality evidence that acupuncture reduced evening pain better than exercise; both were better than usual care (one RCT). From single trials: exercise plus a rigid belt improved average pain but not function; acupuncture was better than sham acupuncture for evening pain and function, but not average pain. There was no difference in evening pain after either deep or superficial acupuncture.

Lumbo-pelvic pain: there was moderate-quality evidence that an eight- to 20-week exercise program reduced the risk of lumbo-pelvic pain; but a 16- to 20-week training program was no better than usual care for preventing pain (four RCTs). From single trials: exercise significantly reduced lumbo-pelvic-related sick leave and improved function; OMT significantly improved pain and function; a combination of manual therapy, exercise and education improved pain and function; acupuncture improved these outcomes more than usual care or physiotherapy; pain and function improved more when acupuncture was started at 26- rather than 20-weeks' gestation. Ear acupuncture significantly improved these outcomes more than sham acupuncture.

Résumé   Abstract
Contexte   Background

Plus des deux tiers des femmes enceintes souffrent de lombalgies et près d'un cinquième souffrent de douleurs pelviennes. Les douleurs augmentent à mesure que la grossesse avance et perturbent le travail, les activités quotidiennes et le sommeil.

 

More than two-thirds of pregnant women experience low-back pain (LBP) and almost one-fifth experience pelvic pain. Pain increases with advancing pregnancy and interferes with work, daily activities and sleep.

Objectifs   Objectives

Évaluer les effets d'interventions pour la prévention et le traitement des douleurs pelviennes et dorsales pendant la grossesse.

 

To assess the effects of interventions for preventing and treating pelvic and back pain in pregnancy.

Stratégie de recherche   Search methods

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (18 juillet 2012), identifié les études et les revues connexes à partir de la stratégie de recherche du groupe thématique Cochrane sur le dos jusqu'en juillet 2012 et avons vérifié les références bibliographiques des revues et des études trouvées.

 

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (18 July 2012), identified related studies and reviews from the Cochrane Back Review Group search strategy to July 2012, and checked reference lists from identified reviews and studies.

Critères de sélection   Selection criteria

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur un traitement pour prévenir ou réduire l'incidence ou la gravité des douleurs pelviennes ou dorsales pendant la grossesse.

 

Randomised controlled trials (RCTs) of any treatment to prevent or reduce the incidence or severity of pelvic or back pain in pregnancy.

Recueil des données et analyse   Data collection and analysis

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué les risques de biais et extrait des données. La qualité des preuves pour les critères de jugement a été évaluée au moyen des cinq critères décrits par le Groupe de Travail GRADE.

 

Two review authors independently assessed risk of bias and extracted data. Quality of the evidence for outcomes was assessed using the five criteria outlined by the GRADE Working Group.

Résultats principaux   Main results

Nous avons inclus dans cette revue actualisée 26 essais randomisés portant sur 4 093 femmes enceintes. Onze essais étudiaient les lombalgies (N = 1 312), quatre étudiaient les douleurs pelviennes (N = 661) et 11 essais étudiaient les douleurs lombo-pelviennes (lombalgies et douleurs pelviennes) (N = 2 120). Les diagnostics allaient de symptômes signalés aux résultats de tests spécifiques. Toutes les interventions ont été ajoutées aux soins prénataux habituels et, sauf mention contraire, ont été comparées aux soins prénataux habituels.

Pour les lombalgies, des preuves de qualité médiocre ont indiqué qu'en général, l'addition de l'exercice réduisait significativement les douleurs (différence moyenne standardisée (DMS) -0,80 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % -1,07 à -0,53 ; six ECR, N = 543), et l'invalidité (DMS -0,56 ; IC à 95 % -0,89 à -0,23 ; deux ECR, N = 146) ; et que l'exercice dans l'eau réduisait significativement les congés maladie liés aux lombalgies (risque relatif (RR) 0,40 ; IC à 95 % 0,17 à 0,92 ; un ECR, N = 241). Des preuves de qualité médiocre issues d'essais uniques ont suggéré l'absence de différence significative concernant les douleurs ou la fonction entre deux types de ceinture de maintien pelviennes, entre la manipulation osthéopathique (TMO) et les soins habituels ou les ultrasons fictifs (US fictifs). Des preuves de très faible qualité ont suggéré qu'un oreiller spécial pouvait soulager les douleurs nocturnes plus efficacement qu'un oreiller normal.

Pour les douleurs pelviennes, des preuves de qualité moyenne ont indiqué que l'acupuncture réduisait les douleurs du soir plus significativement que l'exercice ; les deux ont été plus efficaces que les soins habituels. Des preuves de qualité médiocre issues d'essais uniques ont suggéré que l'addition d'une ceinture rigide à l'exercice améliorait la douleur moyenne, mais non la fonction ; l'acupuncture a été significativement plus efficace que l'acupuncture simulée pour améliorer les douleurs du soir et la fonction, mais non la douleur moyenne ; et le soulagement des douleurs du soir a été identique après une acupuncture profonde ou superficielle.

Pour les douleurs lombo-pelviennes, des preuves de qualité moyenne ont indiqué qu'un programme d'exercice de huit à 20 semaines réduisait le risque que les femmes rapportent des douleurs lombo-pelviennes (RR 0,85 ; IC à 95 % 0,73 à 1,00 ; quatre ECR, N = 1 344) ; mais un programme d'entraînement de 16 à 20 semaines n'a pas été plus efficace que les soins habituels pour prévenir les douleurs pelviennes (un ECR, N = 257). Des preuves de qualité médiocre ont suggéré que l'exercice réduisait significativement les congés maladie liés aux douleurs lombo-pelviennes (RR 0,76 ; IC à 95 % 0,62 à 0,94, deux ECR, N = 1062) et améliorait la fonction. Des preuves de qualité médiocre issues d'essais uniques ont suggéré que le TMO réduisait significativement les douleurs et améliorait la fonction ; soit une intervention multimodale qui comprenait un traitement manuel, de l'exercice et une éducation (MOM) soit des soins habituels réduisaient significativement l'invalidité, mais seul le MOM améliorait les douleurs et la fonction physique ; l'acupuncture améliorait plus les douleurs et la fonction que les soins habituels ou la physiothérapie ; les douleurs et la fonction s'étaient améliorées davantage lorsque l'acupuncture avait été démarrée à 26 plutôt qu'à 20 semaines ; et l'acupuncture auriculaire (de l'oreille) améliorait ces critères de jugement significativement plus que l'acupuncture simulée.

Lorsqu'ils étaient rapportés, les effets indésirables étaient mineurs et transitoires.

 

We included 26 randomised trials examining 4093 pregnant women in this updated review. Eleven trials examined LBP (N = 1312), four examined pelvic pain (N = 661), and 11 trials examined lumbo-pelvic (LBP and pelvic) pain (N = 2120). Diagnoses ranged from self-reported symptoms to the results of specific tests. All interventions were added to usual prenatal care and unless noted, were compared to usual prenatal care.

For LBP, there was low-quality evidence that in general, the addition of exercise significantly reduced pain (standardised mean difference (SMD) -0.80; 95% confidence interval (CI) -1.07 to -0.53; six RCTs, N = 543), and disability (SMD -0.56; 95% CI -0.89 to -0.23; two RCTs, N = 146); and water-based exercise significantly reduced LBP-related sick leave (risk ratio (RR) 0.40; 95% CI 0.17 to 0.92; one RCT, N = 241). Low-quality evidence from single trials suggested no significant difference in pain or function between two types of pelvic support belt, between osteopathic manipulation (OMT) and usual care or sham ultrasound (sham US). Very low-quality evidence suggested that a specially-designed pillow may relieve night pain better than a regular pillow.

For pelvic pain, there was moderate-quality evidence that acupuncture significantly reduced evening pain better than exercise; both were better than usual care. Low-quality evidence from single trials suggested that adding a rigid belt to exercise improved average pain but not function; acupuncture was significantly better than sham acupuncture for improving evening pain and function, but not average pain; and evening pain relief was the same following either deep or superficial acupuncture.

For lumbo-pelvic pain, there was moderate-quality evidence that an eight- to 20-week exercise program reduced the risk of women reporting lumbo-pelvic pain (RR 0.85; 95% CI 0.73 to 1.00; four RCTs, N = 1344); but a 16- to 20-week training program was no more successful than usual care at preventing pelvic pain (one RCT, N = 257). Low-quality evidence suggested that exercise significantly reduced lumbo-pelvic-related sick leave (RR 0.76; 95% CI 0.62 to 0.94, two RCTs, N = 1062), and improved function. Low-quality evidence from single trials suggested that OMT significantly reduced pain and improved function; either a multi-modal intervention that included manual therapy, exercise and education (MOM) or usual care significantly reduced disability, but only MOM improved pain and physical function; acupuncture improved pain and function more than usual care or physiotherapy; pain and function improved more when acupuncture was started at 26- rather than 20- weeks' gestation; and auricular (ear) acupuncture significantly improved these outcomes more than sham acupuncture.

When reported, adverse events were minor and transient.

Conclusions des auteurs   Authors'conclusion

Des preuves de qualité moyenne ont suggéré que l'acupuncture ou l'exercice, adapté au stade de la grossesse, amélioraient les douleurs pelviennes ou les douleurs lombo-pelviennes du soir significativement plus que les soins habituels seuls, que l'acupuncture était significativement plus efficace que l'exercice pour réduire les douleurs pelviennes du soir et qu'un programme d'entraînement de 16 à 20 semaines n'était pas été plus efficace que les soins habituels pour prévenir les douleurs pelviennes ou les lombalgies. Des preuves de qualité médiocre ont suggéré que l'exercice réduisait significativement les douleurs et l'invalidité dues aux lombalgies.

Les preuves issues d'essais uniques concernant les autres critères de jugement ont été d'une qualité médiocre en raison d'un risque de biais élevé et de données rares ; l'hétérogénéité clinique a empêché la combinaison des données. Un biais de publication et une notification sélective ne peuvent pas être exclus.

La physiothérapie, le TMO, l'acupuncture, une intervention multimodale ou l'addition d'une ceinture pelvienne rigide à l'exercice ont semblé soulager les douleurs pelviennes ou dorsales plus que les soins habituels seuls. L'acupuncture a été plus efficace que la physiothérapie pour soulager les douleurs lombo-pelviennes du soir et l'invalidité et améliorer les douleurs et la fonction lorsqu'elle a été démarrée à 26 plutôt qu'à 20 semaines de grossesse, bien que les effets aient été faibles.

Il n'y a eu aucune différence significative en termes de lombalgie et de fonction concernant les différentes ceintures de maintien, l'exercice, la technique neuro-émotionnelle ou la manipulation vertébrale (TMV) ou en termes de douleurs pelviennes du soir entre l'acupuncture profonde et superficielle.

Des preuves de qualité très médiocre ont suggéré qu'un oreiller spécial pouvait réduire les lombalgies nocturnes.

D'autres recherches auront très probablement un impact significatif sur la fiabilité de nos estimations de l'effet et risquent de nous conduire à les modifier.  Les recherches à venir tireraient un avantage de l'introduction d'un système de classification convenu pouvant être utilisé pour classer les femmes selon les symptômes qu'elles présentent.

 

Moderate-quality evidence suggested that acupuncture or exercise, tailored to the stage of pregnancy, significantly reduced evening pelvic pain or lumbo-pelvic pain more than usual care alone, acupuncture was significantly more effective than exercise for reducing evening pelvic pain, and a 16- to 20-week training program was no more successful than usual prenatal care at preventing pelvic or LBP. Low-quality evidence suggested that exercise significantly reduced pain and disability from LBP.

There was low-quality evidence from single trials for other outcomes because of high risk of bias and sparse data; clinical heterogeneity precluded pooling. Publication bias and selective reporting cannot be ruled out.

Physiotherapy, OMT, acupuncture, a multi-modal intervention, or the addition of a rigid pelvic belt to exercise seemed to relieve pelvic or back pain more than usual care alone. Acupuncture was more effective than physiotherapy at relieving evening lumbo-pelvic pain and disability and improving pain and function when it was started at 26- rather than 20-weeks' gestation, although the effects were small.

There was no significant difference in LBP and function for different support belts, exercise, neuro emotional technique or spinal manipulation (SMT), or in evening pelvic pain between deep and superficial acupuncture.

Very low-quality evidence suggested a specially-designed pillow may reduce night-time LBP.

Further research is very likely to have an important impact on our confidence in the estimates of effect and is likely to change the estimates.  Future research would benefit from the introduction of an agreed classification system that can be used to categorise women according to presenting symptoms.

 

Groupe d'appartenance : Grossesse et accouchement

Sujet(s) associé(s) : Médecine complémentaire et alternative, Orthopédie et traumatologie, Grossesse et accouchement, Rhumatologie

 



01/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres