AGO-RE

AGO-RE

Les bouffées de chaleur à la ménopause et leur traitement en MTC - LE DANTEC Mary 2012

Auteur: LE DANTEC MAry

 

DIU d'acupuncture obstétricale

Université de Bobigny

Année 2012

 

Conclusion :

Les bouffées de chaleur sont très fréquentes en Occident et généralement traitées par hormonothérapie malgré les inconvénients liés à ce traitement.

De plus en plus de patientes s’orientent vers l’acupuncture, désireuses d’une médecine plus respectueuse de leurs corps. L’efficacité du traitement des bouffées de chaleur par acupuncture est confirmée par de nombreuses études scientifiques.

En médecine traditionnelle chinoise, les symptômes de la ménopause peuvent se résumer, finalement, par un excès de Yang ou une insuffisance de Yin. L’étude du pouls et de la langue, le chant des 10 questions permettront de proposer une acupuncture sur mesure alliée à des conseils diététiques.

Cependant, il est surprenant de ne retrouver, dans les textes classiques, aucune symptomatologie de la ménopause. Quand on connaît l’extrême minutie avec laquelle les médecins chinois ont recensé, aux cours des siècles, tous les symptômes émaillant la vie des malades, ce silence sémiologique ne manque pas d’être troublant. (16)

Bien évidemment, il convient de replacer ces textes dans le contexte de l’époque. Premièrement, la vie de la femme était plus courte. Deuxièmement, la ménopause marquait un changement de statut de la femme. En effet, à partir de ce moment, elle rejoint l’homme dans une même demeure et devient, en quelque sorte, égale à lui. Il est alors plausible que ce changement de statut soit vécu comme gratifiant et source de privilèges nouveaux.

Chez nous, aujourd’hui, la femme ménopausée ne bénéficie d’aucun privilège particulier, bien au contraire. Les critères d’intégration dans la société sont très liés au « paraître », à la jeunesse, à la beauté. Ceux-ci exigent que la femme reste mince, élégante, qu’elle garde une peau jeune, qu’elle se teigne les cheveux, qu’elle pratique du sport, qu’elle soit active qu’elle adhère à divers groupes sociaux. Etre ménopausée, c’est en quelque sorte, commencer une lutte forcenée contre le vieillissement inéluctable.

Pourtant, le « Su Wen » nous précise que la ménopause est une seconde porte qui met la femme sur le seuil d’une autre vie, elle peut alors se consacrer à son « immortalité » : à sa pérennité au plan spirituel (21). Pour atteindre un nouvel état de fusion des contraires du Yin et du Yang et retrouver l’unité primordiale (24), peut-être que la femme ménopausée devrait explorer la « puissance sacrée » qui se cache dans l’énergie sexuelle ? (25) L’éclatement des limites de l’égo que produit cette expérience intense donne lieu à la sensation d’effacement de toute dualité, de réunification, amenant l’individu vers un autre champ de conscience.

TELECHARGEMENT



02/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres